Retour aux Articles

logo

Revive Israël Ministères

©6. Décembre 2013 Revive Israel Ministries

Ne fléchissez pas le genou devant Baal

Par Asher Intrater

L’apôtre Paul considérait les juifs croyant en Yeshoua comme le “reste d’Israël” (Romains 11:5). Il les compara aux 7000 personnes dans le temps d’Elie qui “n’ont point fléchi le genou devant Baal” (verset 4). Puisque je suis un juif messianique et que je ne prends pas part à l’idolatrie, je réponds sans doute aux critères de quelqu’un qui ne fléchit pas le genou devant Baal.

Vraiment?

Baal était le dieu Cananéen promu par Jézabel. Dans Apocalypse 2:20, on nous dit de ne pas tolérer l’esprit de Jézabel (donc de Baal). Cet esprit imprégne la société moderne de la rebellion, du pêché sexuel, et de loisirs charnels. “Fléchir le genou” peut être un acte physique, mais il peut aussi concerner les concessions dans nos émotions et nos pensées. Ai-je cédé à des pensées mauvaises?

Je fléchis peut-être le genou en me faisant des plaisirs personnels et à la sensualité Baal-Jézabel plus que je ne voudrais l’admettre. Peut-être que vous aussi. La semaine dernière, j’ai fait part de ceci à notre équipe, et nous avons tous mis genou à terre en nous repentissant.

Peu après, j’étais au centre commercial du coin; il y avait près de l’entrée, un grand panneau publicitaire qui arborait une femme vêtue de sous-vêtements seulement.

J’ai senti la crainte de Dieu (Proverbes 1:7; 8:13). Je me suis rendu dans le magasin puis j’ai demandé, poliment mais fermement, que le poster soit enlevé, et que la demande soit enregistrée par la direction de la chaîne du magasin dans tout le pays. Je ressentais que le poster serait enlevé dans trois jours. Le troisième jour, des ouvriers sont arrivés pour changer le poster. Que Dieu nous accorde la grâce de ne pas fléchir le genou devant Baal!


Mon Miracle de Hanukah

Par Dror Zicherman

(Extrait traduit du journal Yediot Ahronot, 29-11-13)

En 2005, lors de Hanukah, je servais à l’unité Nachshon (service pénitentiaire d'Israël), avec une petite équipe de 4 personnes. Nous avions reçu une mise en garde contre de potentiels terroristes. On a mis en place un poste de contrôle surprise. 50 minutes après avoir vérifié les voitures, un taxi est arrivé de Tulkarem.

Nous avons demandé aux passagers de sortir de la voiture et de s’aligner. Certains avaient l’air méfiant; surtout celui avec une grosse veste. A ce moment nous avons entendu une énorme explosion. Mon ami, Uri, l’officier de l’unité, est mort sur le coup, et j’étais sérieusement blessé.

Puis mon miracle commença. Un hélicoptère se trouvait dans le coin et me ramassa. Quand le docteur à bord vit que j’étais sérieusement blessé, il changea de direction et m’envoya à l’hopital de Hillel Yaphe;  ce qui épargna 15 minutes, et en fin de compte, me sauva la vie.

Il me restait tellement peu de sang que j’ai perdu conscience. Pendant 3 jours je suis resté inconscient et sous respiration artificielle. J’étais déclaré mort cliniquement. Lors du jour de la 8ème bougie (de Hanukah), je me suis réveillé. Lorsque j’ai vu les tubes et les bandages, je me suis rendu combien j’étais blessé: les jambes, les reins, les organes internes-- une douleur atroce.

Plus tard nous avons appris que la bombe a provoqué une énorme explosion de 30 kilogrammes qui aurait pu détruire la moitié d’un bâtiment. Uri paya avec sa vie; j’ai payé avec mon corps. Je me suis promis de ne pas rester en chaise roulante, mais qu’un jour, je marcherais de nouveau.

J’ai réalisé cette promesse, après un an et demi d’innombrables opérations. Aujourd’hui, 8 ans plus tard, j’ai vaincu les douleurs physiques mais je subis tous les jours les souffrances de mon âme. Je me rends compte que je souffre d’un “choc de bataille”. Quelques fois, ça me rassure de penser que j’ai sauvé la vie de nombreuses autres personnes.

Prions pour la guérison émotionelle et le salut spirituel de l’auteur.


Retour aux articles de 2013

Revive Israël
Organisation juive messianique à Jérusalem qui oeuvre parmi les Juifs pour les amener à connaître Jésus (Yeshoua) et avec l'église (souvent clandestine) des arabes palestiniens chrétiens.