Retour aux Articles

logo

Revive Israël Ministères
Garder le Shabbat
©25 Avril 2010, Asher Intrater

Dans l’annonce de l’Evangile en Israël, nous devons aborder la question si nous gardons ou non les commandements. Quand les Juifs religieux parlent de “commandements”, ils mélangent les commandements bibliques et les commandements rabbiniques qui ont été rajoutés. Si nous répondons “Non”, nous avons perdu l’autorité des Ecritures. Si nous disons “Oui”, ils nous demandent quelle “halacha” (lois rabbiniques) nous observons.

Nous devons répondre par un “Oui” sans équivoque mais expliquer tout de suite que nous avons une façon de faire différente. La première différence vient de ce que nous reconnaissons l’autorité des commandements bibliques  mais pas celle des commandements rabbiniques. Quand je l’ai dit à la télévision israélienne, l’interviewer a volontiers accepté notre position. Il a alors ouvert la discussion sur des questions de fond. (Il pensait que nous étions comme les Karaïtes, une ancienne secte du Judaïsme qui reconnaît l’autorité des Ecritures mais pas celle de la halacha.)

Contexte d’origine

Les commandements bibliques qui nous ont été donnés il y a plusieurs milliers d’années ne peuvent pas être observés hors de tout contexte. Ils font partie d’un ensemble :

  1. L’Ange de YHVH (qui écrivit les Dix Commandements sur le Mont Sinaï)
  2. Les commandements eux-mêmes (avec différents niveaux d’importance - Matthieu 23:23)
  3. Les sacrifices de sang (qui apportaient le pardon lorsque les lois étaient transgressées)
  4. Le Saint Esprit (pour guider le peuple et lui donner la capacité d’accomplir la Loi - Nombres 11:25-29, Romains 8:2-4)

En tant que Juifs messianiques, nous sommes parvenus à la compréhension que l’Ange de l’Eternel est souvent Yeshoua (Jésus), que les commandements d’amour et de morale remplacent ceux du symbolisme rituel, que la crucifixion de Yeshoua a donné son plein sens aux sacrifices et que l’Esprit Saint est venu demeurer en nous. Ce point de vue nous donne un équilibre dans l’observation des commandements dans notre vie de foi de tous les jours.

Dans la Nouvelle Alliance, comme la loi a été écrite sur notre cœur (Jérémie 31:31), notre façon d’observer les commandements est motivée de l’intérieur, la priorité est donnée au sens au “cœur” des commandements et nous accordons une grande flexibilité pour les détails externes des rites.

Le Judaïsme rabbinique s’efforce d’observer les commandements mais il les a tirés de leur contexte. La Torah en soi demeure la même. Mais les lois halachiques remplacent la conduite de l’Esprit Saint, les rabbins remplacent le Messie et l’expiation par le sang manque généralement.

Récemment, l’un de mes fils annonçait l’évangile à un Juif religieux. A la question : « Observez-vous les commandements ? », il a répondu : « Oui, mais nous avons une façon différente de les appliquer. »” En me le racontant à la maison, il a ajouté : « Papa, ça donne vraiment l’occasion d’une discussion sérieuse sur la véritable signification de la foi et sur le Messie. »

Les Lois du Shabbat

Les Dix Commandements sont la base de tous les commandements moraux. On les trouve trois fois dans la Torah : Exode 20, Lévitique 19 et Deutéronome 5 – sous des formes légèrement différentes. Le commandement qui provoque le plus de discussions est celui sur le Shabbat. Le judaïsme rabbinique peut parfois faire une obsession des lois sabbatiques. Par exemple, tous ne sont pas d’accord sur l’utilisation du papier hygiénique le jour du Shabbat : peut-on le découper ou non ? C’est pourquoi certains groupes se servent de papier pré-découpé pour le Shabbat.

[Un jour, en enseignant sur le Talmud, Joe Shulam est arrivé à un passage qui laissait entendre que le péché du veau d’or avait eu lieu le Shabbat. Dans l’assistance, une Juive religieuse d’un certain âge s’est écrié : « Non, c’est impossible ! » Joe lui a demandé pourquoi. « Ils étaient Juifs, non ? » a-t-elle répondu. Quand Joe nous a raconté cette histoire, nous en avons ri aux larmes ! Mais je pense qu’il faut être Juif pour comprendre en quoi c’est drôle ! Ce qu’elle voulait dire, c’est que l’adultère, l’idolâtrie, l’occultisme et la rébellion sont compréhensibles mais ne pas observer le Shabbat – à Dieu ne plaise !]

Les lois sabbatiques de Yeshoua

Les écrits rabbiniques sur les lois sabbatiques se comptent par milliers de pages. Yeshoua a résumé sa halacha en trois règles simples:

Marc 2:27 - Le Shabbat a été fait pour l’homme.

Yeshoua  revient au but originel du Shabbat. Conçu pour être un temps hebdomadaire de libération de la malédiction du péché d’Adam, un avant-goût du royaume du millénium à venir, c’est un temps pour nous reposer des choses de ce monde et tourner notre cœur vers l’Eternel

Marc 2:28 - Le Fils de l’homme est maître même du Shabbat.

Yeshoua se donne lui-même en référence comme l’autorité finale sur l’observation du Shabbat. C’était lui qui, sous la forme de l’Ange/YHVH, a écrit en premier le commandement du Shabbat. Les rabbins disent que c’est impossible de garder les commandements sans surveillance et que tout le monde a besoin d’un rabbin pour lui donner des instructions quant à l’observation des détails. Si l’on suit ses instructions, on sera sûr d’avoir agi correctement. Yeshoua est notre rabbin et nous observons le Shabbat selon ses instructions.

Marc 3:4 – Il est permis de faire du bien le jour du Shabbat.

Yeshoua réitère que la loi morale l’emporte sur la loi rituelle. Il nous rappelle que l’interprétation correcte de la loi demande tout simplement la morale, un discernement logique et une saine approche de la vie humaine.

Je rejette l’opinion selon laquelle les Juifs traditionnels gardent les commandements mais les Juifs messianiques ne les gardent pas. Nous observons les commandements de Dieu mais nous nous efforçons d’en restaurer le sens d’origine à la lumière de la Nouvelle Alliance. Une grande partie de la chrétienté a rejeté les commandements de Dieu grâce à des excuses théologiques. Une grande partie du Judaïsme a dénaturé les commandements de Dieu par des traditions rituelles.

Marchons dans l’équilibre du salut par grâce et de l’obéissance de la foi sous la Seigneurie de Yeshoua.


 Retour aux articles de 2010

Revive Israël
Organisation juive messianique à Jérusalem qui oeuvre parmi les Juifs pour les amener à connaître Jésus (Yeshoua) et avec l'église (souvent clandestine) des arabes palestiniens chrétiens.