Retour aux Articles

logo

Revive Israël Ministères
Terrorisme tchtchne
4 Avril 2010, Asher Intrater

Le lundi 29 mars à 7h55, une femme kamikaze s’est faite sauter dans la station Lubyanka du métro de Moscou. A 8h30, une autre kamikaze s’est faite sauter dans la station du Parc de la Culture. En tout, 39 tués et 100 hospitalisés.

Selon les reportages de la majorité des media, les terroristes étaient des rebelles tchéchènes. C’est à la fois vrai et pas vrai. Dans les années 1990, des extrémistes musulmans ont enlevé le pouvoir au mouvement nationaliste tchéchène. Les journalistes qui se doivent d’être "politiquement corrects" essaient de minimiser le fait que cet acte terroriste était moins "nationaliste" et davantage "jihadiste" et islamiste."

Dimitri Prokopev (reporter pour le journal israélien Maariv) écrit que les Jihadistes tchéchènes sont devenus exportateurs du terrorisme dans toute l’Asie centrale. 90% du terrorisme tchéchène est dirigé non vers Moscou mais vers les républiques du Daguestan, de l’Ingouchie, de la Kabardino-Balkarie et en Tchétchénie même. Leur objectif est d’établir un Emirat Islamiste.

Doko Omarov, le chef de ce réseau terroriste, connu comme le Ben Laden de la Tchétchénie, a publié un vidéo clip le lendemain de l’attaque et déclaré : "Le 29 mars, nous avons lancé deux opérations spéciales afin d’anéantir les infidèles". Un autre chef, Sayid Maburiatiah, a écrit récemment : "Les jours où nous combattions pour le mot 'liberté' sont passés. Maintenant, nous combattons pour Allah".

Le Président russe Medyevdev a déclaré que la Russie mènera une guerre totale contre les terroristes jusqu’à ce qu’ils soient détruits jusqu’au dernier." Le Premier Ministre Putin a été moins poli. (Note: En comparant la pression internationale sur Israël, nous devrions peut-être proposer à la Russie de cesser la construction de logements dans les banlieues de Moscou, et de faire la paix en accordant des concessions "douloureuses" aux exigences des terroristes.)


La Pâque à Jérusalem

Le Shabbat avant la Pâque, nous prêchons sur la crucifixion de Yeshoua (Jésus), et le Shabbat tout de suite après la Pâque, nous prêchons sur la résurrection. Je ressens une grande joie dans le cœur de Dieu de savoir qu’après 2 000 ans, le Messie est à nouveau proclamé à Jérusalem, en hébreu, dans l’onction de l’Esprit Saint, de la part de Juifs à leurs compatriotes juifs.

Actes 2:14

Pierre se présentant avec les onze, éleva sa voix, et leur dit : "Hommes de Judée {et vous} tous qui habitez à Jérusalem, apprenez ceci, et faites attention à mes paroles."

Actes 4:33

Et les apôtres rendaient avec une grande puissance le témoignage de la résurrection du Seigneur Yeshoua ; et une grande grâce était sur tout le peuple.

Notre peuple est plus ouvert à la bonne nouvelle de la vie éternelle qu’il ne l’a jamais été auparavant. Le témoignage de la mort de Yeshoua et de sa résurrection est apporté de partout en Israël avec amour et vérité.

Office de la Résurrection

Le samedi après-midi, nous nous sommes rassemblés au Jardin de la Tombe à Jérusalem pour l’office en commun de la Résurrection. Plusieurs centaines de croyants étaient présents y compris des invités internationaux, des chrétiens arabes et des Juifs messianiques. L’office était conduit par des chrétiens arabes de la région de Jérusalem.

Nous avons célébré la résurrection de Yeshoua debout face à la tombe ouverte. (Nous ne sommes pas certains que ce soit l’emplacement exact, mais selon les recherches, c’est le plus probable. L’antique tombe de pierre avec sa porte ouverte est étonnamment semblable à la description qu’en donnent les Ecritures de la Nouvelle Alliance.)

La majeure partie de la louange et des partages était en langue arabe. Chaim W. nous a conduits dans un chant de louange en hébreu et Oded S. a enseigné quelques versets en hébreu. La communion était réelle, sincère et affectueuse. Même si les chrétiens arabes palestiniens et les Juifs messianiques israéliens divergent fréquemment dans leurs opinions sur les questions politiques, nous mettons de côté nos différences pour célébrer notre unité dans l’Esprit et la foi.


La Pâque et le Cantique de Salomon

Selon la tradition rabbinique, Salomon a écrit le Cantique des Cantiques pendant la Pâque. C’est pourquoi pendant toute la saison de Pâque, on fait la lecture à haute voix du Cantique des Cantiques dans les synagogues en Israël.

Rashi, commentateur biblique du Moyen Age, cite l’opinion juive la plus répandue : le Cantique de Salomon parle de l’amour entre Dieu et le peuple d’Israël. Cette opinion est analogue à l’interprétation chrétienne historique : le Cantique de Salomon parle de l’amour entre Christ et l’Eglise (Ephésiens 5:32). Alors qui a raison?

Le concept hébraïque de la "Kéhilah" inclut à la fois l’idée juive d’Israël et l’idée chrétienne de l’Eglise. L’Eglise internationale et le reste d’Israël sont deux camps "qui se recoupent partiellement". Ils sont parallèles et unis, mais distincts.

On peut voir le Corps du Messie comme deux camps, ou comme un camp double.

Cantique des Cantiques 6:13

Que voyez-vous dans la Sulamite? Elle est semblable à la danse du camp double.

Yeshoua aime à la fois Israël et l’Eglise. Il les désire ardemment tous les deux. Quand nous rassemblons les deux, son amour est si passionné qu’on ne peut le comparer qu’à l’amour passionné d’un homme pour sa fiancée. Le ressentez-vous ?

Cantique des Cantiques 7:10

Je suis à mon bien–aimé, et son désir se porte vers moi.

Aujourd’hui, c’est dans l’amour et la pureté que se trouve la véritable fiancée spirituelle. Nous avons l’amour pour Yeshoua dans la louange et l’adoration. C’est la version spirituelle de l’amour de la fiancée pour son fiancé. Dans notre soumission à sa seigneurie, nous trouvons la beauté et le plaisir.

Esaïe 33:17 – Tes yeux verront le roi dans sa beauté ; ils contempleront le pays lointain.

Un autre thème du Cantique de Salomon est la Terre d’Israël. L’amour de la fiancée et du fiancé et l’amour du Messie pour l’Eglise et Israël sont tous deux comparés aux aspects naturels des paysages, de la faune et la flore d’Israël. Bien que cet amour passionné pour la Terre d’Israël soit étranger à la pensée de la plupart des chrétiens, il est bien connu dans la pensée tant juive que sioniste.

La Bible parle du peuple d’Israël comme étant "marié" à la Terre d’Israël. (Esaïe 62:4– On ne te nommera plus : Délaissée, on ne nommera plus ta terre : Désolation ; mais on t’appellera : Elle est mon plaisir, et l’on appellera ta terre : L’épousée ; car l’Éternel trouve son plaisir en toi, et ta terre sera épousée.) Le Cantique de Salomon parle de l’amour d’un homme et d’une femme, de Christ et l’Eglise, et les compare tous deux à la Terre d’Israël.


 Retour aux articles de 2010

Revive Israël
Organisation juive messianique à Jérusalem qui oeuvre parmi les Juifs pour les amener à connaître Jésus (Yeshoua) et avec l'église (souvent clandestine) des arabes palestiniens chrétiens.