Retour aux Articles

logo

Revive Israël Ministères

Nouvelles de Amiel Ortiz
©Par Asher Intrater 20 April, 2008

            Je (Asher) viens d’avoir le père de Amiel au téléphone. Les médecins ont retiré 6 éclats de métal des yeux de Amiel et sa vue est totalement restaurée. Le personnel médical n’en revient pas de la rapidité de sa guérison et parle de « miracle ». Continuons à prier. Amiel souffre encore beaucoup physiquement et émotionnellement.

            Le vendredi 18 avril, le journal Maariv de langue hébraïque (en 2nde position pour sa diffusion) a publié un article de 3 pages sur la famille Ortiz. Très juste dans sa présentation, il révélait les mensonges hideux perpétrés par les « anti-missionnaires » qui attaquent les croyants messianiques.

            La police tient une piste car l’homme qui a déposé la bombe a été photographié par une caméra de sécurité. Cependant, elle n’a pas encore arrêté le coupable. Continuons à prier que l’homme lui-même et ceux qui l’ont commandité soient amenés rapidement devant les tribunaux.

            La nouvelle de cet attentat à la bombe ouvre des occasions d’apporter l’évangile dans tout le pays. Cette semaine, j’ai pu parler avec un Juif orthodoxe qui demandait des nouvelles de Amiel. (Priez pour JJ.) David m’a parlé d’un Israélien qui jusqu’ici était croyant en secret, mais qui, après avoir appris cet attentat, a décidé de parler ouvertement de sa foi. L’assurance en réponse à la persécution est exactement ce que le Seigneur recherche (Actes 2 :29 ; Apoc. 12 :10-11)

            Une autre réaction fort intéressante est l’unité dans le corps des croyants. Nous savons que nous sommes tous visés par les persécutions. Les assemblées prient les unes pour les autres sans se préoccuper des différences théologiques. Etrangement, la persécution nous rapproche dans l’unité, nous donne de l’assurance dans le témoignage et nous amène à prier davantage.

Jugement de la Cour Suprême

            La semaine dernière, une grande partie de notre équipe a assisté au procès devant la Cour Suprême concernant 12 Messianiques contre le Ministère de l’Intérieur. Nous sommes reconnaissants envers Calev Meyers qui a mené ce combat pour les droits civiques pour les croyants en Israël. Une grande victoire a été gagnée et un précédent a été établi.

            Le procès n’avait pas pour objectif de changer les lois existantes et il ne l’a pas fait. La loi actuelle interdit l’immigration à un Juif qui a changé de religion. Malheureusement, la loi considère que nous avons renoncé à notre judéité et donc à notre droit à l’immigration (ce qui est en total désaccord avec tout ce que nous croyons).

            Ce procès a établi deux précédents :
1.      Un chrétien/ une chrétienne qui épouse un croyant/ une croyante israélien/israélienne peut recevoir la citoyenneté israélienne.
2.      Un croyant messianique dont le père est juif mais dont la mère n’est pas juive peut recevoir la citoyenneté israélienne.

(Pour le point 2, ce qui est ironique, c’est que, selon la tradition rabbinique, seule la mère détermine la judéité, donc un croyant dont le père seul est juif est considéré comme non juif et donc ne « change » pas de religion. Il reçoit donc la citoyenneté parce qu’il est « descendant » de Juifs tout en n’étant pas Juif lui-même à leurs yeux.)

            Le Ministère de l’Intérieur faisait une discrimination injuste envers ces deux groupes de personnes et ce nouveau précédent y a mis fin. Même s’il n’a pas changé le statut des Juifs messianiques de façon générale, il a mis fin à cette injustice et représente donc une victoire significative. Toute avancée en notre faveur devant la Cour suprême a une grande importance spirituelle.

L’Exode

            Cette semaine, dans le monde entier, les Juifs célèbrent la Pâque (Pesach). Selon la tradition rabbinique, le principe le plus important de la Pâque est que « Dans chaque génération, chaque personne doit se voir comme participant elle-même à la sortie de l’Egypte dans l’Exode ».

            Quand Yeshoua (Jésus) se trouve sur le Mont de la Transfiguration, il parle avec Moïse et Elie des événements qui doivent bientôt avoir lieu à Jérusalem. Luc 9 :31 : c’étaient Moïse et Elie ; apparus en gloire, ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.

            C’était l’heure de son « départ » de la terre. En grec, le mot pour « départ » est exodus (‘ex’ signifie ‘sortir’ et ‘odus’ comme dans ‘odyssée’ signifie ‘voyage’). L’exode est évidemment le mot employé pour le peuple d’Israël qui quitte l’Egypte à la Pâque (Hébreux 11 :22 ; Exode 12-14).

            On peut établir un parallèle spirituel entre l’exode de Yeshoua et l’exode depuis l’Egypte. Le sacrifice de l’agneau pascal est une préfiguration de la crucifixion de Yeshoua, la traversée de la Mer Rouge préfigure la résurrection. Yeshoua a été crucifié le jour de la Pâque. Il a été ressuscité le même jour et à la même heure que les enfants d’Israël ont traversé la Mer Rouge : peu de temps avant l’aube le matin du troisième jour après la Pâque (Jean 20 :1 ; Exode 14 :27).

            Par la traversée de la Mer Rouge, Dieu a mis en scène une démonstration théâtrale de la résurrection. A la résurrection, Jésus a fait sortir des milliers d’âmes de l’enfer et il les a emmenées avec lui dans le ciel. Les enfants d’Israël représentent symboliquement les âmes mortes. A la traversée de la Mer Rouge, ils quittaient la mort et entraient dans la vie, conduits par l’Ange dans la colonne de feu (Yeshoua dans sa forme pré-incarnée). Yeshoua conduisait les enfants d’Israël et les a fait sortir de l’Egypte le même jour et de la même façon qu’il a conduit les âmes et les a fait sortir de l’enfer.

            Dans la Nouvelle Alliance, l’immersion (le baptême) est une reconstitution, une ‘post-production’ spirituelle de la mort et de la résurrection du Messie ; la traversée de la Mer Rouge en était une ‘pré-production’. Dans les deux cas, nous traversons l’eau comme si nous participions nous-mêmes à cet événement.

            Si l’Exode est l’image de la première venue du Messie, la Conquête est l’image de sa seconde venue. Moïse a emmené les enfants d’Israël hors de l’Egypte, Jésus nous a emmenés hors de la mort. Josué a conduit les enfants d’Israël à la conquête de la Terre Promise, Yeshoua nous conduira à la conquête des royaumes de ce monde. (Les 7 shofars de l’Apocalypse sont en parallèle aux 7 shofars de la chute de Jéricho, Apoc. 11 :13).

            Yeshoua était présent à l’Exode sous la forme de l’Ange dans la nuée de YHVH (Exode 3 :2, 4 ; 14 :19,24). Il était présent dans la Conquête en tant que Commandant des armées de YHVH (Josué 5 :13-15). Ce n’est pas Moïse qui a fendu la Mer Rouge, mais Yeshoua en tant que Commandant. La continuité est parfaite de l’Exode à la Conquête à la Crucifixion à la Seconde Venue.

            Sur le Mont de la Transfiguration, Dieu a parlé à Yeshoua de ce qu’il était sur le point d’accomplir dans cette génération-là. De nos jours, Dieu nous parle de ce qu’il est sur le point de faire dans notre génération. La première venue de Jésus est en parallèle avec la génération de Moïse. Notre génération est en parallèle avec la génération de Josué. Pour réussir en tant que génération de Josué, il nous faut avoir la mentalité de Josué : être plein de foi pour la victoire à la fin des temps pour « prendre le Pays », pour vaincre les géants de ce monde et pour établir le Royaume de Yeshoua sur cette terre.


Retour aux articles de 2008

Revive Israël
Organisation juive messianique à Jérusalem qui oeuvre parmi les Juifs pour les amener à connaître Jésus (Yeshoua) et avec l'église (souvent clandestine) des arabes palestiniens chrétiens.